La lance co-inventée par les pompiers de Paris a besoin de fonds pour entrer dans sa phase finale d’industrialisation.

Grace à la Zelup Nozzle plus de 250.000 pompiers pourront être plus efficaces et mieux protégés dans l’exercice de leurs fonctions dès mai 2022.

« Sauver ou Périr » est la devise de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris. En effet les Pompiers de Paris sauvent des vies tous les jours mais encore trop souvent au péril de la leur.

Les Pompiers sont -on le sait – exposés aux feux, mais aussi – on l’oublie – à la chaleur et aux gaz toxiques. Ce dispositif que la BSSP qualifie elle-même de « lance du futur » a des performances prodigieuses dont les experts multiples ont été les premiers surpris. Il n’y a pas de superlatif assez fort pour commenter les résultats de la Zelup Nozzle, les résultats des études et des tests, validés par la communauté technique parlent d’eux-mêmes.

Avant on éteignait les feux avec de l’eau, beaucoup d’eau. Mais ça c’était avant. Demain, on pourra les éteindre avec une brumisation d’eau, un brouillard d’eau, une lance diphasique. Quelque soit le nom que l’on donne au procédé, le concept est simple : éteindre le feu avec des gouttes d’eau plutôt qu’avec un jet d’eau. Proposer et diriger un mélange d’air et d’eau à un endroit précis, c’est facile à comprendre, mais très difficile à réaliser. C’est aussi difficile que d’envoyer une plume à 20 mètres. Cela faisait trente ans que les Pompiers de Paris cherchaient à le faire. Zelup l’a fait, avec eux, en trois ans. Ce procédé co-breveté par Zelup et la BSSP est plus qu’une rupture technologique : c’est une révolution.

Vient désormais la délicate étape de l’industrialisation. Mais, dans une France qui cherche à se réindustrialiser, les starts up industrielles « made in France » ne sont pas encore sur le devant de la scène. Trouver des financements relève du parcours du combattant. L’industrie ne fait pas encore rêver à contrario des Biotechs et Fintechs.  Pourtant c’est une l’invention 100% made in France, et toute la chaine de fabrication devrait elle aussi être tricolore. En revanche, le potentiel d’utilisation dépasse les frontières de l’Hexagone et même celle de l’usage des pompiers. Des zones sensibles ou complexes comme les sous-marins, les Data centers sont des applications naturelles de la zelup nozzle. Les recherches se poursuivent avec des résultats prometteurs d’autres types de feux, comme les feux d’hydracarbures qui ne sont pas supposément extinguibles à l’eau…

Peut-être, qu’à l’instar du colibri qui apporte son infinie petite goutte pour éteindre le feu de la Savane. Zelup pourra apporter des millions de gouttes pour lutter contre les feux à venir. Si la presse apporte son concours en portant haut le message. Si les financeurs trouvent une ligne d’investissement qui collent à la stratégie de leur fond d’amorçage. Il se pourrait alors qu’un vent nouveau souffle chez les professionnels de la sécurité incendie pour équiper les soldats du feu d’une nouvelle arme pour prendre un avantage tant attendu dans ce combat sans fin qu’ils mènent pour nous contre le feu.

Zelup

The power of drops.

La presse parle de la Zelup Nozzle

La communauté scientifique valide les performances de la Zelup Nozzle

Les pouvoirs publics reconnaissent la valeur de la brumisation diphasique

Défense extérieure contre l’incendie : assurer la protection des personnes sans nuire aux territoires

Extrait du texte publié par le Sénat :

La brumisation diphasique : une innovation positive

Une innovation technologique en cours d’expérimentation pourrait introduire une avancée significative dans la lutte contre les incendies et avoir un impact positif sur les contraintes inhérentes à la DECI. Cette innovation s’appelle la brumisation diphasique. Son intérêt réside dans un usage raisonné de l’eau, sans diminuer le niveau de performance offert aux sapeurs-pompiers.

L’intérêt de la lance diphasique

L’utilisation de cette lance propageant un brouillard diphasique accroît le niveau de protection du pompier qui opère la lance. Les fines gouttelettes projetées par la lance, ainsi qu’un très fort flux d’air entourant le jet d’eau, réduisent l’exposition du pompier aux particules toxiques émises par le feu.

La lance à brouillard diphasique change la manière d’appréhender une extinction de feu dans un milieu fermé : la consommation intensive d’eau est remplacée par une meilleure utilisation de la ressource disponible. Grâce à cette nouvelle lance, la consommation d’eau pour une même intervention est réduite de 5 à 8 fois. Pour la même quantité d’eau stockée, par exemple dans un camion-citerne, l’autonomie en eau est donc plus importante.

La lance permet aux pompiers d’effectuer des interventions dans des endroits clos, comme les caves, aujourd’hui trop dangereuses. Elle présente aussi un fort potentiel pour les interventions sur les incendies d’hydrocarbures, en autorisant le pompier à se rapprocher des flammes. Les effets du rayonnement thermique sont annulés par le brouillard qui émane de la lance, réduisant ainsi l’exposition du pompier. De plus, les dégâts occasionnés par l’eau sont fortement réduits, contribuant à la préservation des biens épargnés par le feu.

Encore en phase de test, cet équipement repose sur une collaboration entre la société ZELUP (entreprise française, basée à Lyon) et la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) depuis trois ans. Elle a reçu le soutien de la direction générale de l’armement (DGA) et de l’Agence pour l’innovation de défense (AID). Elle fédère plusieurs laboratoires de recherche, dont le Laboratoire énergies et mécaniques théorique et appliquée (LEMTA) de l’Université de Lorraine et le Laboratoire central de la préfecture de police de Paris (LCPP).

En fonction d’une nouvelle campagne de tests, la lance pourrait être mise en production en 2022 et la BSPP en doter ses engins à compter de 2024.

Une telle lance, économe en eau, permettrait de pallier l’éloignement des PEI dans les zones rurales. Elle offrirait aux SDIS des garanties supplémentaires quant au fait d’avoir des réserves en eau suffisantes pour leurs interventions. In fine, cela pourrait autoriser une plus grande élasticité sur la distance séparant un lieu d’habitation et le PEI.

Proposition : tirer rapidement les enseignements des tests de la lance diphasique. S’assurer de son intérêt et du fait que cet équipement serait utilisable en zone rurale, tout en évaluant bien les adaptations du matériel (matériel roulant…) qui seraient nécessaires.

Délai : immédiatement

Acteur(s) : ministère de l’intérieur, DGSCGC

Prendre contact avec Zelup

Merci de vous être intéressé à la lance à incendie du futur. Zelup prendra contact avec vous dans les meilleurs délais.
Une erreur est survenue. Merci de réessayer ultérieurement.